Le projet SMILES (Supporting Migrants Integration and Life Experience Skills)

Projet européen lancé et coordonné par AFIDEL, dans le cadre du programme Erasmus+, ce projet a rassemblé depuis 2018 les partenaires de notre association, du Cercle Arctique (la Finlande centrale) aux Tropiques (les Canaries), en passant par l’Italie, la Grèce et la Roumanie. Tous les partenaires ont en commun de mener des actions Formation / Insertion, avec des migrants et avec des publics en difficulté professionnelle et en recherche d’emploi.

Pendant ces 3 ans les partenaires se sont rencontrés dans les différentes villes du projet, observant les pratiques et les méthodes mises en place pour répondre aux besoins d’insertion et de formation. En raison du COVID les rencontres internationales ont malheureusement été interrompues pendant 18 mois (soit la moitié de la durée du projet), et des réunions ont été reportées plusieurs fois, et même une annulée – en Roumanie.

Nous avons pu cependant rassembler dans un « Manuel des bonnes pratiques » (Hand Book of best practices) les expériences les plus enrichissantes ou innovatrices que nous avons pu observer chez chacun des partenaires.

 

Vous trouverez sur ce site la version française du Manuel ; si vous êtes intéressé à le lire dans une des autres langues du projet ou en anglais, allez sur le site https://smiles-project.eu/index.php/our-publication/

 

Cueillette aux Jardins

 

Dans le cadre de leur formation les stagiaires du FLE à visée professionnelle sont allés visiter les jardins du Comminges pour une séance en plein air.

Ils ont eu l’occasion de participer à un atelier Pouvoir d’Agir, proposé par la MDA, sur le thème des plantes et de la Nature. Apprendre à reconnaître, cueillir et cuisiner les plantes sauvages, tel était le défi de nos stagiaires qui, guidés par une formatrice spécialisée dans le domaine, ont pu découvrir les vertus de nombreuses plantes que l’on considère souvent à tort comme nuisibles.

Soupe d’orties, infusion d’anis, et autre salade d’oxalis et de pourpier (voir photo), apaisantes ou gourmandes, les plantes sauvages n’ont désormais plus de secret pour eux.

 

Salon du TAF 2021

L’Afidel a tenu un stand le jeudi 7 octobre au salon TAF. Cela a été l’occasion d’aller à la rencontre du public pour présenter les différentes actions de l’Afidel dans l’accompagnement au projet professionnel ou à la recherche d’emploi.

Un focus a été fait sur le parcours découverte de métiers – Agriculture et maraîchage qui aura lieu à Toulouse du 25/10 au 10/11.

Le projet SMILES touche à sa fin

Depuis Septembre 2018, Afidel a démarré et coordonné le projet SMILES (Support Migrants Integration Life Experience Skills) en lien avec Erasmus +.

Au cours de ces dernières années les différents partenaires ont travaillé en collaboration à travers des échanges sur leurs pratiques d’insertion pour les migrants, ou personnes en difficulté. Des rencontres dans les pays d’Europe participants ont permis de découvrir, directement sur le terrain, les diverses pratiques mises en place par les organismes.

Fin Juillet nos collaborateurs européens sont venus nous rendre visite dans le Comminges pour la dernière mobilité.

Ils ont ainsi eu l’occasion de visiter les Jardins du Comminges, et de partager leurs valeurs d’insertion par le travail de la terre, du local et du bio.

Ils ont également rencontré les salariés et habitants du Prahda ( (Programme d’Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile) d’Aurignac puis sont venus à Afidel, où ils ont pu participer à un cours de Français Langue Étrangère.

Ces cours de langue visent à faciliter l’intégration à la société française et l’accès à l’emploi durable pour les migrants envoyés par l’OFII (Office Français d’Intégration et d’Immigration).

Suite à ces échanges les participants proposeront le fruit de leur travail collaboratif sous forme de guide qui reprendra les méthodes et activités d’insertion partagées au cours du projet SMILES.

 

VSI se met au FLE

 

Cette prestation, qui dure environ une dizaine de jours, a permis à un groupe de 5 personnes d’origine étrangère de se perfectionner en français par le biais de l’action valoriser son image professionnelle.

 

Elles ont pu travailler la compréhension et la communication orale pour valoriser leurs atouts durant un entretien d’embauche.

Elles ont trouvé cette prestation très intéressante, pouvant partager leurs expériences, s’entraider, travailler la communication verbale et non verbale en favorisant les jeux de rôles et des simulations. Comprendre les attentes des recruteurs et se mettre en valeur lors d’une simulation d’entretien avec un employeur.

De la formation à l’emploi

Logo Afidel

Pour sa reconversion professionnelle Christelle Duthoit a choisi de faire une formation Projet Pro à Carbonne.

Après 3 mois de formation Christelle a trouvé un poste qui lui convient.

  • Bonjour Christelle, pouvez vous nous parler de votre parcours professionnel et de votre situation avant l’entrée en formation ?

J’ai travaillé pendant 20 ans dans le même EHPAD. C’était une véritable vocation pour moi. J’adore les personnes âgées et j’aimais beaucoup travailler avec elles. En 20 ans je n’ai jamais eu de problème avec un résident.

Puis j’ai eu un problème de santé, j’ai été reconnue travailleur handicapé et je n’ai pas pu continuer mon travail.

D’un coup j’ai été obligée de recommencer à 0 .

Après une rupture conventionnelle, difficile à vivre, il a fallu accepter de renoncer à ma vocation. Ça a été très dur de ne plus travailler avec les personnes âgées.

Et psychologiquement c’est très dur aussi, je me disais «J’ai 52 ans je suis reconnue travailleur handicapé, qu’est ce que je vais faire ?»

Je suis restée plus d’un an sans emploi, mais j’en avais assez de rester à la maison je voulais faire quelque chose de ma vie.

  • Comment avez-vous connu Afidel et la formation Projet Pro?

C’est ma conseillère CAP emploi qui m’a parlé de la formation Projet Pro.

Elle m’a envoyé des documents par mail, et m’a laissé une semaine pour réfléchir à cette formation.

J’ai choisi Carbonne car c’est près de chez moi.

J’ai ensuite eu un RDV individuel avec la formatrice référente, Anna. Nous avons discuté de mon parcours professionnel, de mes attentes pour la suite et j’ai commencé la formation en mars 2021.

  • Comment s’est passée votre formation ? Quels en ont été les points forts?

La formation s’est très bien passée, les formateurs Rodney et Anna m’ont beaucoup aidée à prendre confiance en moi. Après mon problème de santé je ne voyais pas vraiment quel pourrait être mon avenir professionnel.

J’ai été encouragée à chaque étapes.

Ils ont été très disponibles, et réactifs.

Je suis très sociable et j’ai un bon rapport avec les gens. Les gens viennent facilement vers moi pour me parler de tout et de rien. Je le remarque aussi dans ma vie de tous les jours. Là j’étais sur un groupe de 5 personnes, il y avait beaucoup d’entre-aide entre les participants.

J’avais des difficultés en informatique, il y avait toujours quelqu’un pour m’aider. Maintenant que la formation est terminée on va rester en contact.

Le stage a été un moment fort, ça m’a permis de gagner en expérience, de finaliser mon projet professionnel et de me projeter pour la suite.

Je n’ai plus peur de faire ce qu’il faut pour gagner en compétence et prendre plus de responsabilités. Je suis prête à me former pour évoluer dans mon métier.

  • Vous avez maintenant trouvé un emploi, quelle a été votre démarche?

J’ai trouvé grâce à mon stage.

Au moment de chercher mon stage il a fallu prendre en compte ma situation de travailleur handicapé. Je ne peux pas porter de charges lourdes, ou rester trop longtemps debout. Le métier d’hôtesse de caisse s’est vite imposé.

J’ai fait ma demande de stage dans différents endroits, puis mes formateurs m’ont conseillé de postuler dans des petites structures. J’ai donc pris mon téléphone et j’ai appelé la Biocoop. On m’a dit de passer dès le lendemain avec un CV et une lettre de motivation. Panique totale, mon CV n’était pas à jour, je n’avais pas été en recherche d’emploi depuis plus de 20 ans!

Mes formateurs m’ont tout de suite mise en action et l’après-midi même j’avais mon CV à jour et ma lettre de motivation faite.

Le lendemain je me suis présentée et le patron m’a proposé un entretien immédiatement.

Il m’a posé beaucoup de questions pour connaître mon parcours professionnel et apprendre à me connaître. Puis il a accepté ma demande de stage.

J’ai fais mon 1er stage comme hôtesse de caisse à la Biocoop de Plaisance, pendant 2 semaines.

Pour mon 2eme stage j’avais choisi un supermarché. Je n’y ai pas retrouvé l’esprit bienveillant et la dimension humaine d’écoute et de coopération de la Biocoop. En accord avec mes formateurs j’ai arrêté ce 2eme stage avant la fin puis j’ai été reprise à la Biocoop.

Au bout d’une semaine le patron m’a prise en entretien pour me proposer un poste.

J’ai préféré finir ma formation avant, je commence mon emploi d’hôtesse de caisse à la Biocoop dès la semaine prochaine.

  • Des conseils pour réussir cette formation et mettre toutes les chances de son côté pour un retour à l’emploi?

Déjà, commencer la formation en étant motivé et avoir de l’ambition. Il ne faut pas attendre pour faire les démarches, il ne faut pas attendre la dernière minute surtout pour chercher les stages. On nous donne les informations au début, il faut être motivé et faire les choses.
Même au moment des stages , c’est important de montrer qu’on est motivé.

Puis il ne faut pas hésiter à demander conseil, les formateurs sont là pour ça. Il ne faut pas hésiter à leur parler.

Il y a beaucoup de choses à faire dans cette formation, quand ils nous donnent du travail il faut s’organiser.

Oui, pour moi la motivation est vraiment essentielle.

Je ne voulais pas rester sans rien faire, dans une situation qui ne me convenait pas.
J’avais postulé partout pour mes stages, je ne me suis pas contentée d’un lieu ou d’une promesse de stage. Je me suis laissée la possibilité d’avoir le choix. Quand j’ai choisi la Biocoop j’ai prévenu les entreprises auxquelles j’avais postulé et qui m’avaient acceptée pour les remercier et leur dire que finalement je ne ferai pas le stage chez eux.

C’était vraiment une super formation et je peux vous dire aujourd’hui que je suis fière de moi. Je me suis prouvé que je vaux quelque chose.

La brigade verte touche du bois

Pour aménager la salle de repos les salariés du Job, qui constituent la brigade verte, souhaitaient un canapé. Jean-Pierre, Joanah et Justine de la MDA sont venus passer une journée pour la réalisation de ce projet. Jean-Pierre leur a transmis les techniques pour utiliser les palettes : désosser, enlever les clous, poncer puis découper et assembler.

Quant à Joanah, elle leur a enseigné la couture pour fabriquer les housses des coussins et des assises. Après quelques heures de travail des équipes, le canapé a pris forme et a été habillé de façon confortable.

Installé dans la salle, il est prêt à être utilisé, à la grande satisfaction de l’équipe.

Merci Jean-Luc !

Lundi 17 mai, Jean-Luc Fittante nous a quitté soudainement.

Jean-Luc a commencé à travailler à l’Afidel en avril 2007 en tant que conseiller et formateur. Il souhaitait alors mettre ses compétences relationnelles au service de l’accompagnement de personnes en recherche d’emploi. Au fil des années il est intervenu à la fois sur des actions collectives et sur des accompagnements individuels.

Son intérêt pour l’informatique l’a amené à intervenir de plus en plus sur la préparation et la maintenance des ordinateurs et des réseaux, d’abord pour l’Afidel, puis pour les Jardins du Comminges, les Jardins du Volvestre, les Jardins du Girou, les Jardins du Ricotier, Gestes, la MJC et la Maison de l’Avenir Comminges-Pyrénées pour laquelle il animait les fameux ateliers Brico-Ordi (photo) et dont il était administrateur.
Il avait depuis quelques années développé en parallèle de son emploi une activité de formation et de maintenance en informatique en s’appuyant sur la coopérative d’activités et d’emplois de BGE.

Par toutes ces missions, Jean Luc était un trait d’union entre les équipes de nos associations et coopératives. Il avait ce sens de l’intérêt général et essayait toujours de trouver des solutions avec bonne humeur, délicatesse et bienveillance.

Et puis Jean-Luc avait aussi cet humour malicieux parsemant nos journées de rires partagés, de clins d’œil décalés. Il adorait nous attirer dans ses facéties, nous piéger dans ses canulars longuement préparés pour notre plus grand plaisir. Cet humour lui permettait et nous permettait souvent d’ensoleiller les journées de travail.Nous n’oublierons jamais cet homme si bon et si humain.

L’ensemble des équipes présente à Françoise, son épouse et à leurs enfants leur soutien chaleureux.

A la source !

 

Le 15 septembre, l’équipe des agents d’entretien des bords de rivière du Syndicat Mixte Garonne amont sont allés visiter la Maison des Sources de Mauléon-Barousse.

Cette visite a été appréciée notamment par Pascale :  « des explications claires et faciles d’accès.J’ai bien aimé la collection d’objets liés aux métiers anciens « .

Quant à Gaël, il a préféré la reconstitution de la grotte : « on voit bien l’évolution de l’Homme « .

La visite s’est clôturée par une petite excursion à la grotte de la Saoule.

La rentrée du FLE à visée pro

Une nouvelle session de FLE à visée professionnelle vient de débuter à Afidel.

Cette session, se compose de 7 stagiaires qui travailleront à la réalisation de leur projet professionnel.

Pour les trois prochains mois ces stagiaires amélioreront leur compétences en français à l’oral et à l’écrit et apprendront les codes et démarches de recherche d’emploi pour intégrer plus facilement le marché du travail.

Tous les jours, à travers des séances de formation dynamiques et innovantes, elles apprendront à valoriser leurs compétences, identifier leurs freins et les surpasser, stimulées dans leur parcours par la dynamique du groupe dans un esprit de solidarité et d’entraide.

Elles auront aussi l’opportunité de faire un stage en entreprise pour consolider leur projet, gagner en expérience et mettre en pratique les acquis vus en formation.

Témoignages :

« Nadia : Je voudrais être esthéticienne, c’est un métier que je connais déjà mais je n’ai jamais travaillé en France. Je pense que la formation va m’aider à mieux comprendre les clients et avoir plus confiance en moi»

« Pitchanan : J’aimerais travailler au contact des plantes comme fleuriste ou dans une pépinière. Je n’ai pas d’expérience dans ces métiers, il faut que je comprenne mieux le français, surtout le vocabulaire, avant de pouvoir travailler. »

« Samira : J’ai travaillé dans le social pendant des années en Algérie, puis je me suis arrêtée pour élever mes enfants. Maintenant mes enfants ont grandi et je peux penser à mes projets professionnels. J’aimerais retravailler dans le social, ici, en France mais je suis un peu perdue ça fait longtemps que je n’ai pas travaillé.»